Débuter en course : bien gérer sa course

Il est prépondérant de gérer le premier virage et le freinage qui suit. Cette entame parfaite est globalement simple si vous partez en pole position, car les adversaires vous dérangent moins. Le hic, c’est qu’à vos débuts, la probabilité d’être aux avant-postes est loin d’être évidente. Voici de précieux conseils pour commencer. 

Ne soyez pas intimidé

Ne vous laissez pas impressionner par les premiers pilotes qui freinent sans se soucier de vos habitudes de freinage. Il est fréquent de voir les premiers freiner ultérieurement à leur repère habituel. Pourquoi ? Contrairement à vous, si vous êtes situés derrière eux, ils arrivent à une vitesse moindre sur l’obstacle du fait du départ arrêté. La logique veut que plus les pilotes qualifiés vous devancent, plus le moment de freinage se démultiplie vers l’arrière. Prenez des risques en vous frayant un chemin. C’est indispensable pour être concurrentiel au premier passage.

Le démarrage : clé de voûte de la réussite

Si votre placement au départ se situe au-delà de la troisième ligne, tout devient une question d’équilibre entre votre prise de risques et le souci de ne pas en faire prendre trop aux motards qui vous collent.

Si par malheur vous partez en dernière ligne, soyez lucide ! Il est vain de croire que vous aller faire le freinage à des dizaines de pilotes. Pour beaucoup de pilotes, ça c’est mal terminé. A contrario, lorsque vous ressentez l’occasion adéquate, un premier freinage peut faire grappiller trois places. Attention tout de même de bénéficier d’une trajectoire juste et plongez à la corde. Bref, il faut avoir confiance en soi, en vos concurrents et leur freinage pour tenter pareil coup !


Lire aussi : Circuits et pistes moto en France


Réussir son début de course

Les premiers virages sont primordiaux. C’est à ce moment que le plus gros du peloton joue des coudes. Ceux partis en tête derrière la ligne n’en demandaient pas autant pour prendre le large. Bonne chance alors pour les rattraper car les écarts entre 15 et 25 secondes entre le leader et le vingtième sont légion à l’issue du premier passage !

A partir du quatrième tour, la course devient moins spartiate étant donné que les leaders s’installent dans ce qui deviendra généralement le podium. Néanmoins, les surprises entre la théorie et la réalité du pilotage existent. Une erreur de concentration peut arriver à tout le monde. C’est pourquoi il faut garder en mémoire que la meilleure méthode pour éviter le tout droit demeure de freiner avec davantage d’insistance que d’habitude.

Gérez une difficulté récurrente

S’il est simple de dépasser les pilotes lents, il est rageant de buter sur l’un d’eux ayant pris un meilleur départ. Un pilote ne peut pas toujours clairement faire la différence sur les freinages. Dites-vous qu’il aura certainement un avis similaire à votre encontre. De cette frustration naît les palabres de fin de course. Afin de ne pas tomber dans cet écueil, oubliez l’obstacle et freinez à vos repères de qualification pour tenter un passage en courbe.

Super Motard Auteur